Les petits commerces

 braderie

Les artisans et commerçants se sont réunis en association depuis très longtemps. Au début du XXième siècle, ils organisent des « déballages » ou braderies presque chaque trimestre qui se déroulent Grand’Rue et rue de la Moselle. Elles sont parfois annulées, comme c’est le cas en septembre 1966 à cause des travaux de l’élargissement de la Grand’Rue.

A ces occasions, chaque commerçant paie une taxe qui est fonction de la longueur linéaire de son étalage et dont le prix au mètre est une décision du conseil municipal. En 1958, le sous-préfet refuse le prix proposé de 500 F et demande un réajustement à 300 F. Il faut deux réunions du conseil municipal pour finalement accepter.
De nos jours, une braderie de printemps et une d’automne sont organisées dans l’avenue des Nations (ex, rue Nationale de Basse-Yutz) et parfois rue du président Roosevelt, par l’association des commerçants « Yutz Actif ». La circulation est alors déviée.

Le 1er juin 1940, Basse-Yutz compte 35 débits de boisson, 7 d’entre eux ne sont plus exploités le 1er août 1947.

Dans les années d’après guerre, les commerçants distribuent des timbres escompte qu’ils doublent ou triplent au moment des fêtes comme Pâques ou Noël.


collecteur timbres 1collecteur timbres2



En 1955, Yutz compte :

  • 39 épiceries dont 3 Sanal, 7 ECO, 3 Coopérative de Basse-Yutz
  • 35 cafés dont 8 Grand’Rue
  • 11 boulangeries
  • 11 laiteries
  • 11 merceries.

Le nombre d’associations augmentant et chacune d’elles organisant au moins une manifestation par an, en janvier 1969, François Dupont, maire de Basse-Yutz, demande l’élaboration d’un calendrier des manifestations associatives.
Cette règle est toujours en vigueur de nos jours.

Les commerçants sont classés en deux catégories : sédentaires ou ambulants.
Tous doivent se déclarer à la mairie où se trouve leur commerce et au registre du tribunal de commerce dont dépend la commune où ils exercent.

Les commerçants ambulants sont soumis à des règles particulières. Ils doivent être titulaires d’un permis délivré par la sous préfecture après avoir déposé à la mairie de la ville où se trouve leur siège social, un dossier accompagné d’un certain nombre de pièces. Une carte provisoire peut leur être délivrée par le maire de la commune pendant le temps d’instruction de leur demande de renouvellement.

Source : archives municipales de Yutz.


La période de récession d’entre les deux guerres a donné lieu à de nombreuses réclamations des commerçants déclarés sédentaires ou ambulants qui voyaient d’un très mauvais oeil l’augmentation du colportage et du commerce illégal à tel enseigne que les autorités ont du faire des rappels à la loi aux brigades de gendarmeries pour qu’elles soient vigilantes.


 Retour à accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.