Mémoire de Louis de Cormontaigne

Louis de Cormontaigne est né en 1695 à Strasbourg et décédé en à Metz en 1752.
Il est architecte militaire. C’est le marquis d’Asfeld, directeur général des fortifications du royaume qui fait appel à lui pour mettre au point et diriger les constructions de Metz . En 1744, il est nommé directeur des fortifications de Metz,  (fort de Bellecroix), Thionville et Bitche, places qu’il fortifie : construction du couronné de Yutz , de la porte de Sarrelouis et de deux ponts-écluse . Il est nommé maréchal de camp en 1748.

Porte de Sarrelouis

Porte de Sarrelouis

Pont écluse de Thionville (57)

Dans cet extrait de son mémoire rédigé en 1746 (traduit avec les termes typographiques et l’orthographe de l’époque), Louis de Cormontaigne décrit son projet de destruction des 3 villages de Haute Yutz, Basse Yutz et Macquenom. Les deux redoutes des fortifications de Thionville n’ayant jamais été construites, les villages sont finalement épargnés jusqu’à ce que le général Joseph Léopold Hugo rase Haute Yutz en 1815.

Projet

Des Attaques sur Thionville

avec l’Explication de leur Marche journalière et l’Etablissement des différentes Batteries

Observation

On ne doit pas être embarrassé de la Partie de la Place par où il convient d’étendre à pénétrer, car ce ne peut-être que vers son Milieu entre les Rives hautes et basses de la Mozelle afin de se garantir des Revers et enfilades des Redoutes, qui servent à chaque Point de L’Aile inaccessible entre le Canal et

Cette même Opération nous montre ausÿ une Ressource de l’Art pour se cacher en cette occasion, ou en toute autre semblable aux Batteries de L’ Ennemÿ, et cela par une Courbure E rentrante d’une part, et une autre D saillante d’une autre part, qui cache à l’ Ennemÿ par une forme étudiée des Reliefs en E et en D ce qu’il recherche sans doute avec soin, c’est aussÿ ce qui nous a guidé sur le terrain lorsque nous avons tracé et établi le Lit du présent Canal. Cecÿ étant bien examiné et conçû on verra, que c’est le même pour L’ Entrée des Eaux en ÿ bornoÿant la ligne de Feû G F d’où nous pouvons conclure enfin que les caves en question sont bien, et sûrement disposées et que les Magazins au-dessous sont indispensables pour leurs bon Maintien et Conservation, indépendemment de leurs Utilités et service jusqu’au Moment d’un siège
Ce Projet aÿant été agréé, a été exécuté par Monsieur de Cormontaigne qui en est L’Auteur.

Mémoire sur la nécessité

de raser les 3 villages de Haute-Yutz Basse-Yutz et Macquenom situés sous le mousquet des ouvrages de Thionville et sur les observations à faire pour le choix d’un nouvel emplacement pour les 3 villages par rapport à la guerre intérieure et extérieure de la patrie et aux avantages des habitants.

1°)

De la nécessité où l’on ses trouve actuellement de raser 


les 3 villages extrêmement préjudiciables aux fortifications.

Il ÿ a longtemps, qu’ils sont condamnés, et on ne saurait tarder davantage à les raser, il nous suffira de dire en peu de mots, que celui de la Haute-Yutz touche pour ainsÿ dire à la Palissade du couronné de ce mur, et qu’il est précisément sur un Rideau, dont il faut raser les Parties adhérentes au glacis, pour fournir des terres au Remblaÿ des Ouvrages de l’aile droite du dit Couronné. Le Village de la Basse-Yutz est sous le Mousquet du Retranchement de la Pointe inférieure de L’Isle, et celui de Me….. tient à le premier. Cet Exposé qui est exacte nous dispense d’un plus long Narré en le point, et nous ne joignons par icÿ des Plans en les Lieux soient représentés, parce qu’ils se trouvent sur tous les Plans généraux que nous avons présentés jusqu’à présent.

2°)

Qu’ il parait raisonnable de réunir les trois Villages ensemble.
Ils ne sont pas bien considérables, si on les examine chacun en particulier, mais réunis, ils forment un très bon Village propre de fournir des menuës Denrées pour la subsistance de la garnison de Thionville, en le posant en lieu convenable, comme il sera dit cÿ après
Il ne parait pas, que cette Réunion puisse être contrariée tant pour le spirituel, que le temporel, d’autant que les

3 Villages ont le même Seigneur, et le même Curé, tout semble demander cette réunion.

3°)

Choix de la situation du nouveau Village par Rapport aux grandes Routes. Si les Villages sont nécessaires aux grandes Routes, les grandes Routes sont également nécessaires aux Villages, cecÿ est asséz prouvé. Or, il vaut mieux, que le Nouveau Village soit placé sur une grande Route, servant de communication sur nos Places frontières que partout ailleurs, cecÿ ne demande point des Preuves non plûs. Il se veut outre que la grande Route de Thionville à Saarelouis passe sur le Banc des dits Villages, par conséquent le choix d’un nouvel Emplacement sur le dit Banc en sera moins difficulteux en ce Point que sur tout autre Banc étranger à leurs Egards.

4°)

Que le nouveau Village ne doit pas être trop près, ni trop loin de la Place .
Pendant la guerre les officiers des troupes de campagne ne peuvent pas placer leurs chevaux dans Thionville
n’aÿant point ou trop peû D’Ecuries, soit dans les Bâtimens appartenants au Roÿ, soit dans ceux appartenant aux Particuliers, ils sont obligés de les reprendre dans les dits trois Villages. Il est donc utile de ne pas écarter si loin le Nouveau Village qu’ils soient privés de ce secours dont ils ne peuvent se passer. D’un autre Côté, il ne faut l’approcher si près de la Place qu’ils puissent en favoriser L’Attaque

en servant de Débouché à L’Ennemi et de dépôt, affin qu’il ne lui rendra pas en terminant la tête de ce Village à 900 toises de la Palissade.
Dans cette Position il ne peut pas non plus servir à fortifier la ligne de tir ou vallation, car en ce cas il faudrait que l ‘Ennemÿ soit établie entre le Village et la Place. Or le canon ÿ battrait debût en blanc et l’en ferait bientôt lever.
Ainsÿ on ne saurait mieux faire que de placer le nouveau Village de la manière que nous venons de déterminer.

5°)

Il faut de L’Eau aux dits Villages.

On ne saurait de se passer D’Eau courante tant pour abreuver les chevaux que pour les Besoins ordinaires de la vie, il suit dela, qu’il faut choisir un lieû où cette commodité se trouve absolument, et par conséquent les lieû bas sont plus avantageux pour le nouveau Village, pourvû qu’ils ne soient ni marécageux, ni malsains, que les Endroits élevés où il ÿ a trop à creuser pour trouver de L’Eau.

6°)

Distribution du terrain à chaque Habitant

La justice et la convenance semblent fixer le terrain aux Habitans du nouveau Village à l’Egalité de celui qu’il possédait dans les Villages rasés, lui s’entend de même pour les seigneures. Les Faces des Maisons seront alignées de part et d’autre de la chaussée, ou grande Route de Thionville à Saarelouis, et parallèles observant de laisser un espace de 10 toises cubes entre le Bord de la chaussée

 et les Maisons, pour servir de Pallier aux allans et venans et en débarrasser la voÿe plublique. De plus le Pallier sert aussÿ à déposer les fumiers, ce qui extrèmement utile pour vider l’Intérieur des habitations qui en sont infectées, et faire pourrir les dits fumiers, le tout à peu près comme le Plan joint au Mémoire.

7°)

Eglise, cimetière, et Maison curiale.

L’Eglise ne saurait être mieux placée qu’au Milieu du Village où un même clös de mur enferme le tout, il faut faire en sorte, que le terreplein de cet Emplacement soit plus élevé que celui des Environs, pour lui aquerir le commandement et ne pas être plongé des Habitations voisines, le clôs ainsÿ arrangé avec peu de travail et de dépense, on peut ÿ mettre en sûreté un petit Détachement et fermant d’une Barrière L’ Entrée et la sortie du Village.
Les valets d’officiers à la première Alerte, ils réfugient leurs chevaux, et n’ÿ pas être forcés par une Patrie ordinaire qui cherche du Butin et non des coups des fusils, ce sera aussÿ un Refuge pour les chevaux, Bestiaux, et autres Effets mobiliers des Habitans.
Il sera bon de rapprocher le clôs de la chaussée plus que les Maisons du Village pour lui donner vuë sur les Avenuês de la dite chaussée, et de laisser aussÿ un intervalle de 20 toises de largeur depart et d’autre sur les côtés du dit clôs, en sorte que rien ne puisse l’offusquer.
On croit qu’un Plantes D’Orme en quiconque ÿ

conviendrait assez pour l’ombrager et masquer les Plongées des faitières voisines avec cette Remarque que la Maison curiale ne doit pas avoir de Porte sur le Mur de clôture où elle est addossée, Mais qu’elle doit faire son commerce par la grande Porte publique qui conduit à L’Eglise, et que cette Porte doit-être la seule qui donne L’Entrée dans le dit clôs.
On doit creneler le dit Mur de clôture, et ÿ pratiquer des petits flancs de 8 à 9 pieds, pour ÿ placer des crénaux seulement avec un petit fossé de 10 ou 12 Pieds de large, dont on retrousse les Bords en forme de contrescarpe et l’on ÿ porte même les Eaux sauvages du Village si l’on peut.
Toutes les Minutiers sont peu de conséquence pour la dépense, dans un premier Etablissement . Mais bien souvent elles ont beaucoup de Mérite sur une grande Route qui fait la Lisière d’une frontière sujette à des courses imprévuës.

8°)

De L’Emplacement des Maisons des Seigneurs des trois Villages.

On ne les saurait placer convenablement qu’aux Extrémités du nouveau Village, attendû que pratiquant commencement un Etage au-dessus de leur Rez-de-chaussée, on ne doit pas par cette Raison les mettre à Portée d’incommoder le précédent clôs, qui fait le refuge du Lieü, cecÿ fait connaître aussÿ, qu’on ne doit pas permettre des semblables Etages aux Environs du dit clôs, condition qu’on n’aura point de Peine à imposer, Car les seigneurs en pratiquent rarement.

 

Retour à accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.