Les villages

Les 3 villages :

Le couronné de Thionville par rapport à l’ancien village de Haute-Yutz détruit en juin 1815.

Haute-Yutz :

Cadastre de Haute-Yutz vers 1820.

Cadastre de Haute-Yutz vers 1820.

Longtemps localité principale et la plus importante de la Seigneurerie de Meilbourg, le Vieille-Yutz devient le village de Nouvel-Yutz puis Haute-Jeutz, après sa destruction dans la nuit du 25 au 26 juin 1815 par le général Joseph Léopold Sigisbert Hugo, père de Victor.

Extraits de la revue « Hemeschstland a Sprooch » n°13.

Le village est reconstruit en 1817 à son emplacement actuel.

Au début de 18éme siécle, il compte environ 60 maisons et 350 à 400 habitants. Son terroir a une superficie de 327 ha, dont 102 ha de forêt et 5 de vignoble. Il est situé très près des fortifications de Cormontaigne qui empêchent son extension.

Le 8 mars 1789, le cahier de doléances fait état de 58 feux, 59 comparants et 30 signatures.

cadastre HY

Macquenom :

Cadastre de mars 1829

C’est maintenant le quartier qui se trouve entre les voies du chemin de fer et la Grand’Rue, de la rue de la Fontaine à la rue de la Culture.

On trouve les premières traces de ce village en 1276, qui est plus limité et localisé entre les actuelles rues des Prés, des Jardins, de Macquenom, la Grand’Rue et la rue de la Culture.

Le ban communal d’une superficie de 422 Ha dont 49 de forêts s’étend des voies SNCF actuelles jusqu’à la route de Kuntzig.

Son nom vient de Hoven, pluriel de Hov ou Hof qui signifie « ferme », et de Macken, dont l’origine doit être Michel ou Méchel qui signifie « petit » dans le langage tuitique.

Au 18ème siècle, le village compte 30 maisons et 200 habitants.

Macquenom appelé également Macquenhofen ou Mackenhoven, est placé sous la tutelle de la prévôté de Thionville alors que la Haute ou Vieille Jeuts ainsi que Basse Jeutz, font partie intégrante de la Seigneurie de Meilbourg.

On le nomme péjorativement « Le Kittsack », expression provenant de « cul de sac », car il faut revenir par le même chemin au retour que celui emprunté à l’aller. C’est un village à vocation rurale, avec des agriculteurs mais aussi des pêcheurs qui pratiquent leur métier sur la Moselle.

Ses habitants ont la réputation de manger les grenouilles qu’ils vont ramasser dans les terrains marécageux des bords de la Moselle.

Le 08 mars 1789, le cahier de doléances de Macquenom élaboré par-devant le greffier de justice et l’assemblée municipale, fait état de 35 feux dont 26 ont comparu et 12 qui ont signé le cahier.

cadastre BY 1960Basse-Yutz :

Cadastre de Basse-Yutz en 1829.

L’ancien village est délimité par les voies de chemin de fer et la Grand’Rue, ainsi que les rues des Seigneurs et de la Fontaine.

Au 18ème siècle, le village compte 80 maisons et 500 habitants. Son terroir a une superficie de 504 ha dont 109 de forêts.

C’est le ruisseau « Le Helpert  » qui sépare les bancs communaux de Basse Yutz et de Macquenom. Son cours de l’époque n’est pas le tracé actuel. Le ruisseau a en effet été détourné en 1893, à l’occasion du doublement et du déplacement des voies ferrées. Il longe la Grand’Rue après le coude qu’il forme avec la rue de la Culture, avant de se jeter dans la Moselle au lieu dit « le Warth », à proximité de la marbrerie Corti, puis dans le canal des écluses quand celui-ci est construit. Il est à ciel ouvert.

En 1935, les travaux de couverture du Helpert qui sont entrepris à proximité du foyer catholique et en bordure de la rue Nationale sont confiés à l’entreprise Gabbardo de Yutz,

L’église et le cimetière sont communs et situés hors des villages, à la jonction des actuelles rues Jean Jaurès et Grand’Rue, jusqu’à leur destruction en 1815.

Cadastre de l’église saint Vit.
Source : Marie-Thérèse Desindes

Dans « Les anciens Pouillés du diocèse de Metz  » par Dorveau en 1902, on signale que Macquenom possède une chapelle en ruines en 1721.

Source : archives départementales de la Moselle.


Dans le mémoire établi en 1746 par Monsieur Louis de Cormontaigne, pour justifier de la nécessité de raser les trois villages Basse Yutz, Macquenom et Haute-Yutz, on peut lire que la chapelle est située dans l’actuelle rue de la Culture. Les deux redoutes des fortifications de Thionville n’ayant jamais été construites, les villages sont épargnés jusqu’à ce que le général Joseph Léopold Sigisbert Hugo rase Haute Yutz en 1815.

 

Source : archives départementales de la Moselle.

Source : archives départementales de la Moselle.

9°)

De la Chapelle située sur la Rive du
nouveau Canal hors de la Basse-Yutz

Il y a actuellement une petite Eglise ou chapelle de Dévotion
située vers l’Entrée du village de la basse-Yutz sur le Bord du
canal avec un clocher, et une Enceinte de Muraille, qu’il
est indispensable de raser le tout sauf aux intéressés à
veiller au Déplacement et Remplacement si bon est, à coté
du village.

Source : archives départementales de la Moselle.

Cadastre d’implantation du lavoir de la rue de la Culture et l’ancienne chapelle.

Cadastre d’implantation du lavoir de la rue de la Culture et l’ancienne chapelle.

 

 

Retour à accueil.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.