Les grandes enseignes d’alimentation

Cet article retrace l’histoire des principales  enseignes de sociétés commerciales d’alimentation qui se sont implantées à Yutz.

« L’union des coopérateurs de Lorraine » :


plus communément appelée « les COOP », est crée le 3 février 1920. Son siège social est à Bar-le Duc (55) avant d’être transféré à Nancy. Destination : achat, production, répartition, vente de tous objets nécessaires l’existence.

En janvier 1955, la société possède 8 succursales dans la région dont 5 à Yutz , aux adresses suivantes :

La société est radiée le 24 octobre 1985. Ce ne sont pas moins de 29 succursales qui ferment ou changent d’enseigne.

La « Coopérative de Basse-Yutz » :

Elle est crée le 1er septembre 1919 et destinée à la vente d’alimentation générale et en détail à ses adhérents, puis de vins et de spiritueux à emporter. Sa création, par Messieurs Charles Friedrich et Philippe Pfalzgraf, est issue d’un syndicat de la SNCF. Son siège social est situé au n°97, rue Nationale à Basse-Yutz.

A partir du 17 février 1982, elle change de nom et devient « Coopérative de Basse-Yutz et environs » après la fusion des communes de Haute et Basse-Yutz (1971). Elle compte 8 établissements à Yutz, 1 à Kuntzig, 2 à Thionville et 1 à Manom, soit un total de 12, dans les domaines de l’épicerie, de la boulangerie, de la restauration.

Source : Madame et Monsieur Lucien Herber.

carte coop BYLe 31 octobre 1986, 7 magasins sont fermés d’un coup, dont 3 à Yutz.

La société est dissoute le 31 octobre 1987. Le 27 novembre 1987, elle vend les infrastructures qui lui restent, soit :

à la société AFLY, filiale de la S.A. Fath. Raison sociale : Alimentation fruits et légumes Yussois. Gérant : Mohamed Annane depuis le 1er novembre 1987.
Le 13 mars 1998, location-gérance du n° 97, rue Nationale de AFLY à SA Fath. La société AFLY est radiée le 24 janvier 2000.

SANAL-ECO :

La « Société Anonyme Nancéienne d’Alimentation » (SANAL) est créée en 1908. Le siège social est à Nancy. Elle a pour objet la fabrication, l’achat, la vente et répartition de tous produits alimentaires et de tous articles d’approvisionnement général, en gros, en détail et en tournées ambulantes.

En 1930, les « ECO » possèdent 5 succursales à Yutz.

Extrait du journal « Le Basse-Yutzois » du
26 février 1926.

En 1957, la société possède quelques 41 succursales dans la région, dont 6 à Yutz.

Source : mokarex.fr

Le 1er janvier 1971, la SANAL fusionne par absorption avec la société « Mielle-Cailloux », créée  le 15 janvier 1936, dont le siège social est à Metz, qui possède les « ECO » ainsi que les « Epiciers Réunis » et compte 93 succursales dont 7 à Yutz. Mielle Cailloux est dissoute le 29 décembre 1970.

Le 1er janvier 1971, la SANAL fusionne également avec la société « La société Rouannaise de magasins » (SORAM), et « l’Union commerciale d’Uckange ». Objet de la nouvelle entité : Alimentation et approvisionnement en général.

La nouvelle société, SANAL-ECO, compte 72 magasins dont 5 à Yutz. Elle change d’enseigne le 24 juin 1977 pour devenir SANAL-ECO-CORSO.
Elle est absorbée par CORSO le 15 septembre 1978 et apporte toutes ses succursales.

Les magasins CORSO sont au nombre de 5 à Basse-Yutz, exploités à partir du 1er janvier 1978. Petit à petit, les magasins sont fermés avec reprise éventuelle par les gérants.

Corso grand rueC’est le cas pour le n°93, Grand’Rue qui est à vendu à Danièle Hirtzmann à compter du 2 avril 1984 et du n°21, rue de la Moselle repris à partir du 6 octobre 1986 par Danièle Vagner.

La société est dissoute à partir du 14 octobre 1984. Deux possibilités s’offrent aux gérants qui travaillent sous l’enseigne :

  • ils achètent les produits à l’enseigne et sont rémunérés au pourcentage ou avec un salaire fixe. Ils sont salariés de l’enseigne.
  • ils sont franchisés et vendent sous l’enseigne à qui ils doivent acheter un certain volume de produits sur lequel elle touche un pourcentage. Les produits frais sont laissés au choix du gérant.

La Brasserie de Thionville-Basse-Yutz :

Brasserie saint Nicolas vers 1902.

Brasserie saint Nicolas vers 1902.

Le dimanche 29 août 1897, le journal « la Nied-Zeitung » annonce la création de la « Brasserie par Action de Basse-Yutz » le 25 août 1897 au restaurant Walkowinski.

Un grand nombre de capitalistes de l’arrondissement ont souscrit un capital provisoire de 720 000 marks. La brasserie s’élèvera « près de l’ancienne voie ferrée ». Objet de l’entreprise : industrie, fabrication et commerce de bière et produits s’y afférant. Commerce de vins, des spiritueux, eaux minérales, boissons alimentaires ou gazeuses. Création, acquisition ou exploitation de tous commerces de ce genre. Son siège social est situé au n°11 puis au n°24, rue Nationale à Basse-Yutz.

La brasserie vers 1902.

La construction de « la Brauerei Diedenhofen-Nieder-Jeutz A.G. » débute en 1898 sous l’appellation  « Sankt Nilolaus-Brauerei », (Brasserie Saint Nicolas). Les travaux de construction sont attribués à des entreprises régionales, la fourniture de l’équipement est confiée à des entreprises allemandes. La première bière brune ou blonde, façon Munich et Pilsen, est vendue le 22 février 1899 chez des marchands de bière de Metz.

Source : Extrait du journal "L’écho de Thionville" de 1935.

Source : Extrait du journal « L’écho de Thionville » de 1935.

En 1939, la brasserie de Basse-Yutz rachète la brasserie Saint-Eloy de Tours (37), puis celles de Périgueux (24) en 1940 et d’Alger en 1941.

Le 25 septembre 1968, elle fusionne avec la Brasserie Saint Eloy et la SIBRA.
L’assemblée générale du 29 décembre 1970 prononce la liquidation de la société qui apporte son capital à « L’Union de Brasserie ».

La Brasserie de Thionville-Basse-Yutz est radiée le 24 juin 1971. A cette date, 77 établissements de débit de boisson sont en sous-location dont 7 à Yutz. En effet, les brasseries louent des établissements qu’elles sous-louent ensuite à des gérants avec qui elles signent un contrat de fourniture exclusive. Elles aident les nouveaux gérants à s’installer grâce à une aide matérielle ou financière.

Livraison de bière.

« L’Union de Brasserie » qui comprend « La Bonne bière », fondée le 1er septembre1953, et la « Société commerciale des houblons » fusionne avec la « Brasserie de Thionville-Basse-Yutz » à compter du 1er janvier 1970. Nouvelle appellation : « Union de Brasserie » avec son siège social au n°24 rue Nationale à Basse-Yutz.

 

16 établissements de débit de boisson sont en sous-location dont 1 à Yutz.

Décapsuleur publicitaire. Source : Jean-Yves Hergat.

Siphon P. Grussi. Source : Jean-Yves Hergat

Dans les années qui suivent, le site de la brasserie devient le siège social de plusieurs sociétés, chargées de la distribution, entre autres, de ses produits: France-Boissons-Est, France Boissons, Lorest Boissons Est et Cie.

« Le Républicain Lorrain », édition de Thionville du 31 janvier 1986, relate l’annonce faite par le directeur du site indiquant l’arrêt de la production avec la suppression de 67 emplois due à la restructuration du groupe Sogebra déficitaire deux années consécutives.
fin brasserie rl

Le 31 octobre 1986, « L’union de Brasserie » fusionne avec les Brasseries Pelforth et Albra pour devenir « La Française de Brasserie », siège social à Paris, (75), rue Wagram.
La brasserie de Yutz est arrêtée. Le site est démantelé, le matériel est racheté par les Chinois qui l’installent dans la province de Human Chang Sha.

Le 1er octobre 1990, le siège social est transféré à Rueil Malmaison (92), rue des Deux Gares.

Le 6 novembre 1990, la « Brasserie Heineken » comprenant les marques : Heineken, Pelforth, Killan’s, 33, 33 export, Panaché, Buckler, Bières du monde et Anstel, fusionne avec la « Française de Brasserie » pour devenir « Brasserie Heineken », dont le siège est à Rueil Malmaison (92). 17 établissements de débit de boisson changent d’enseigne et/ou sont fermés.

 

Brasserie après la sortie des machines. Source : Symec.

Brasserie après la sortie des machines. Source : Symec.

Destruction de la brasserie.

La remise en état des locaux est trop onéreuse, ils sont détruits à partir du 1er septembre 1997 pour faire place à la ZAC de l’esplanade de la Brasserie.

Démolition de la brasserie. Source:Symec

Démolition de la brasserie. Source: Symec

Pour plus de détails, consulter  l’excellent article consacré à la Brasserie ici.

Les caves de Yutz

Après le déménagement de France Boissons et Cie en 1986 du site de la brasserie,  « Les Caves de Yutz » dont le siège social est au n°12, rue de la Pépinière depuis le 1er janvier 1945 s’installent en location. Négociant en vins et spiritueux, eaux, limonade, petites boissons. Associés : Patrick Guisse et Madame, née Marie-Madeleine Mellinger. Gérant : Patrick Guisse.

Les locaux étant vides et Patrick Guisse étant à la recherche de locaux plus vastes, il établit un bail d’occupation des lieux avec le groupe Heineken propriétaire de la Brasserie pour y transférer sa ligne d’embouteillage à partir de juin 1987. Petit à petit, et après aménagement des lieux, la ligne d’embouteillage est déplacée et remise en service.

Parallèlement, Patrick Guisse négocie avec succès l’achat de l’ensemble des bâtiments de la Brasserie. Mais la municipalité exerce son droit de préemption (Maire : Jean-Pierre Bonnetin) et devient le nouveau propriétaire, avec un locataire en place dans les lieux.

En 1991, la nouvelle municipalité (Maire : René Wagner) souhaite aménager le site  de la Brasserie et demande aux caves de Yutz de déménager. Patrick Guisse demande une indemnité d’éviction, qui lui est refusée. Commence alors un litige devant les tribunaux qui va durer jusqu’en mars 2005.

A partir du 19 septembre 1992, les Caves de Yutz ouvrent un établissement secondaire à Nancy (54) dans les 12 000 m² des anciens entrepôts de l’Union des Coopérateurs de Lorraine qui a cessé toute activité depuis 1985 et dont la ville est propriétaire. En 1995, la ville de Nancy veut réaménager la zone des bords du Canal où se situent les entrepôts pour y construire des ensembles de logements, et prie l’entreprise de quitter les lieux. Le 4 août 1999, l’enseigne devient SARL « La Maison des vins ».

A partir d’avril 2004, il loue des locaux disponibles dans la zone artisanale de Basse-Ham (57) pour y établir son dépôt vente.

Le 1er janvier 2005, ouvre un autre établissement secondaire à Rosbruck (57).

En mars 2005, ayant obtenu satisfaction, (Maire : Patrick Weiten), Patrick Guisse doit trouver d’autres locaux assez spacieux pour y contenir la ligne d’embouteillage. Il se tourne vers Eurovia, situé au n°103, route de Kuntzig, qui lui loue des locaux. Progressivement, la ligne d’embouteillage est transférée et remise en service. A cette époque, les pouvoirs publics luttent contre les accidents de la circulation, en particulier ceux causés par la conduite sous l’emprise alcoolique et diminuent le seuil de tolérance. La consommation de vin table diminue un peu. Mais les compagnies d’assurance s’associent à cette lutte et décident de ne plus couvrir les accidents quand il y a dépassement du taux d’alcoolémie toléré. Il y a dès lors une très forte diminution de la consommation des vins de table ce qui conduit Patrick Guisse à arrêter l’embouteillage en mars 2007. Les locaux d’Eurovia sont vidés.

Esplanade de la brasserie avant déménagement  des caves de Yutz

Esplanade de la brasserie avant déménagement des caves de Yutz

En janvier 2008, Patrick Guisse fait valoir ses droits à la retraite. L’entreprise est reprise par ses deux fils, Fabien et Dominique. La maison d’habitation du n° 12, rue de la Pépinière est rachetée par Fabien Guisse et le siège social est transféré à Basse-Ham (57) à partir de décembre 2007.

L’espace libéré est aménagé en place et parking entourés d’immeubles et commerces, l’Esplanade de la Brasserie.

La « Société Générale d’Approvisionnement de la Fensch » (SGAF) :

a pour objet la vente de toutes denrées alimentaires, ustensiles de ménage, vêtements.

Elle est créée à partir du 5 janvier 1926 et son siège social est à Thionville (57). Son premier Pdg est André Gourdon. Plusieurs succursales sont installées en location-gérance dans toute la région.

A partir du 30 juin 1976, le siège social est transféré au n°130, rue de Kuntzig, dans des locaux loués à l’entreprise Schnitzler.

A partir du 1er décembre 1979, le siège est transféré à Koenigsmacker (57).

A partir du 22 août 1988, le siège est transféré à Hagueneau (67) et devient « Société Européennes de supermarchés ».
Les succursales sont fermées au fur et à mesure de la fin de bail de location-gérance.
A Yutz :

Retour Accueil

6 réflexions au sujet de « Les grandes enseignes d’alimentation »

  1. Morris

    IL manque dans le paragraphe COOP le magasin qui était installé à l’angle des rues du Vieux Bourg et Pasteur, elle est restée ouverte jusqu’au début des années 1970 et face à la concurrence de la SGAF dut fermer ses portes.

    Répondre
    1. Bernard

      Bonjour

      merci de vous intéresser aux commerces de la ville et de plus à ce que j’ai écrit
      Pour ce qui concerne les coop, effectivement ce magasin est omis dans les grandes enseignes alors qu’il figure au 25 rue du vieux Bourg.
      Je pense que l’erreur ou l’oubli vient que c’est depuis 1955 alors qu’au 25 c’est depuis 62. Je vais corriger en le précisant
      Tous ces renseignements sont issus des archives du registre du commerce et pour ces grandes enseignes ce n’est pas toujours évident de se retrouver……et de ne pas en oublier

      merci
      Cordialement
      B. Adamiste

      Répondre
    2. Bernard

      Merci de vous intéresser à cet ouvrage. Le magasin coop de la rue du Vieux bourg a été oublié dans la liste sous « les grandes enseignes » Il figure néanmoins rue du Vieux Bourg. Impossible de corriger le livre déjà édité mais je rectifie le site. Merci. B. Adamiste

      Répondre
  2. Doulet Gérard

    Bonjour Monsieur Bernard Adamiste,
    Je suis un ancien habitant de Basse-Yutz, où j’ai vécu de 1957 à 1961, 47, rue Sainte- Elisabeth , avec mes parents . Je suis né en mai 1953, et ayant donc sillonné les rues de Basse-Yutz pendant cette période, j’ai encore beaucoup de souvenirs de ces commerces où nous nous ravitaillions évidemment … Vous comprendrez aisément tout l’intérêt que je porte à cette partie de ma jeunesse… inoubliable . Je vous adresse tous mes compliments et mes remerciements quant à la publication de votre  » Histoire Commerciale Artisanale et Industrielle de Yutz  » dont vous êtes l’auteur dans la collection  » La MJC La pépinière présente « . disponible depuis le 1er novembre 2013.
    J’espère que votre ouvrage est encore disponible , pour avoir la joie de le découvrir et le très grand plaisir de me remémorer les façades de ces commerces disparus. Comme exemple, je citerai la très belle brasserie de Basse-Yutz où j’ai connu un tonnelier qui y travaillait ,Mr Junges Emile …Décédé bien sûr ! J’allais parfois devant cette brasserie l’attendre à la sortie de son travail avec son épouse ,
    c’était une époque fantastique ! J’avais donc 7 ou 8 ans. Leur fils ,né en 1953, était mon meilleur copain. Enfin, j’abrégerai mon petit commentaire , en espérant pouvoir acheter votre livre , au prix de 35, -euros. Je suis de passage à Thionville le lundi 24 février prochain, je vous demande s’il est possible que j’achète ce livre à Yutz, soit à la mairie , soit auprès de la MJC , 30,rue de la Pépinière , ou soit auprès de vous, si vous êtes disponible ? Cet achat se ferait donc en après-midi , et je pourrai correspondre avec la secrétaire par mail, et l’appeler au XX XX XX XX XX pour annoncer le moment exact de ma visite . Je vous remercie de m’envoyer un mail sur ma messagerie et votre commentaire en complément de notre curiosité portée à ces renseignements commerciaux .
    Monsieur Adamiste, en vous remerciant vivement , je vous adresse toutes mes salutations.

    Gérard Doulet.

    Répondre
    1. Bernard

      Bonjour Monsieur Verneau

      Je ne sais si vous me remettez mais je vous avais rencontré à l’Intermarché au sujet d’un de vos confrères qui travaillait chez Vigros et vous m’aviez bien aiguillé pour trouver les renseignements

      Quant à Monsieur Henri Verneau taxi à la cité des chalets, tous les renseignements que j’ai écrits sont issus d’archives, soit du registre du commerce soit des archives municipales et autres encore.
      Evidemment je n’ai fait que transcrire. Est-ce que ce Monsieur Henri Verneau qui à priori a exercé en 1956, a exercé peu de temps ou a-t-il voulu s’installer et n’a jamais exercé je ne sais pas D’ailleurs je n’avais pas trouvé de date de fin
      C’est assez souvent que les personnes voulaient monter une entreprise et qu’elles s’arrêtaient en route mais sans le signaler. Nombreux sont les artisans/commerçants qui encore aujourd’hui n’ont jamais signalé leur fin d’activité
      Sur le livre, je ne peux pas supprimer Henri Verneau !! sur le site je peux mais cela me gêne un peu tout de même. Puis je vous demander quel était votre lien de parenté avec lui ?

      L’autre jour, j’ai rencontré une dame qui me disait que j’avais mal orthographié l’identité de son oncle Bouby Kolher alors que j’avais écrit Buby. En réalité c’est Auguste son prénom et son surnom Bouby. Et elle en est encore persuadée aujourd’hui car personne de sa famille ne lui a dit son vrai prénom, tout le monde l’appelait ainsi. Dans les familles il y a parfois des non dits ou des choses non dites par inadvertance ou qui sont anecdotiques pour être oubliées

      Merci de vous intéresser à cet ouvrage. Je reste bien entendu à votre disposition pour en rediscuter de vive voix si vous le souhaitez pour éclaircir cette situation

      Cordialement

      Bernard Adamiste

      Répondre
    2. Bernard

      Bonjour Monsieur Doulet

      Je vous remercie de tous ces complimnets

      J’aurai plaisir à vous accueillir à la MJC si vous dites à quelle date et vers quelle heure vous passerez

      A bientôt

      Bernard Adamiste

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.