Séparations et fusions des villages

Après la disparition des privilèges dans la nuit du 04 août 1789, les biens communs sont partagés entre les trois villages, Haute-Jeutz, Basse-Jeutz et Macquenom, chacun étant indépendant à partir de 1790.
Le 18 mars 1810, sous l’Empire, un décret impérial pris aux Tuileries modifie la répartition des villages à compter du 01 juin 1810 : Macquenom (209 habitants) et Haute-Yeutz (329 habitants), sont réunis à Basse-Yeutz (601 habitants). Le maire est Antoine Limbourg.
La nouvelle commune compte donc 1139 habitants, les municipalités correspondantes sont supprimées, les archives et papiers administratifs sont transférés à Basse-Yeutz.
La commune s’appellera Yeutz.

Puis, au gré des années, les villages ont connu de nouvelles séparations et fusions :

  • Le conseil municipal du 22 juillet 1846, commence à parler de séparation entre les communes. En 1847, les limites sont fixées, la route de Sarrelouis sépare les deux communes. Les conseillers municipaux de Haute-Yutz refusent le projet pour que les deux fermes et la tuilerie existantes sur la partie gauche de la route restent sur le ban de la commune. Le conseil municipal le 9 juillet 1848 propose un nouveau projet qui est refusé.
  • Une nouvelle demande adressée au conseil général en 1862 est refusée en 1863. Ce n’est que le 14 octobre 1865, que le conseil municipal adopte la séparation : la partie nord de la route de Sarrelouis (actuelle rue du président Roosevelt) est rattachées à Basse-Yutz-Macquenom. Les maisons Nels et Him sont rattachées à Haute-Yutz. Cependant, les habitants de Basse-Yutz proches de la limite continuent à mettre leurs troupeaux avec ceux de Haute-Yutz car la vaine pâture est trop éloignée. La séparation n’est approuvée qu’à partir du 30 mars 1875, les élections municipales ont lieu séparément. Le 1er janvier 1876 : séparation effective Basse-Yutz (englobant Macquenom, 1053 habitants) et de Haute-Yutz (389 habitants).
  • En 1907, il est question de rassembler dans une grande agglomération les communes de Thionville, Haute-Yutz et Basse-Yutz. Ce projet reste sans suite.
  • En 1958, devant le manque de ressources de la commune de Haute-Yutz, Joseph Baué, maire, est partisan du rattachement à Thionville plutôt qu’à Basse-Yutz qui a déjà du mal à boucler son budget. Cette initiative demeurera sans suite également.
  • Le Républicain Lorrain du 29 avril 1968, relate les contacts pris entre les maires de Basse-Yutz et Kuntzig. Se sera sans suite.
Extrait du RL du 29 avril 1968. Source : association Symec.

Extrait du RL du 29 avril 1968. Source : association Symec.

      • Après les délibérations unanimes des deux conseils municipaux du 5 novembre 1970 réunis séparément, la décision de fusionner les deux communes est actée. Le 1er janvier 1971 : fusion Basse-Yutz et de Haute-Yutz (16 615 habitants), le village de Macquenom étant devenu un quartier et non plus une commune. Nom unique : Yutz Le maire de Haute-Yutz est Monsieur Raymond Husson, celui de Basse-Yutz, Monsieur François Dupont est également conseiller général. Il reste maire de Yutz.

limites b h

  • Jusqu’en 1964, Haute-Yutz et Basse-Yutz font partie du canton de Thionville. Après cette date, le canton de Basse-Yutz est créé et compte les communes de Basse et Haute-Yutz, Manom, Illange et Terville. A partir de 1971, date de la fusion des deux communes, il devient canton de Yutz avec les mêmes communes.

Retour à accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.