Rue des Seigneurs

Itinéraires

 

Sous l’administration impériale allemande, « Herren strasse » jusqu’au 13 décembre 1918 avec le retour de l’Alsace Lorraine à la France.
Reprend cette dénomination pendant l’occupation allemande de la dernière guerre.
L’eau potable y est installée en 1953.

Ferme rue des Seigneurs.

Chasse roue.

Aux nos 3&4, se trouve un ancien corps de ferme, autrefois dépendance de la maison de maître du n°32, Grand’Rue (maison Kichenbrand).

Porte d’accès au jardin Kichenbrand.

 

La porte murée située entre les nos 1 et 2 et datant de 1704, permettait aux propriétaires de se rendre dans leur demeure baptisée « Le petit château » et construite en 1560. La porte est recrépie en 2009 et disparaît.

 

 La maisonnette en briques, sans numéro, située à l’extrémité de l’enceinte de cet ensemble, est occupée par un atelier de menuiserie :

  • à compter du 1er mars 1912, Hermann Wittig exploite un atelier de menuiserie loué à Adolphe Colombo, propriétaire. A partir de 1925, Albert Wittig, frère de Hermann, est associé. Il cesse en 1939. Hermann décède le 12 octobre 1946. L’exploitation est reprise par sa Veuve, née Elisabeth Richard, dite Elise. Elle déménage au n° 4, à partir du 1er novembre 1946.
  • à compter du 1er avril 1946, venant du n°32 (ancien n°12), Grand’Rue, où il est installé depuis novembre 1945, Henri Zimmerlé exploite un atelier menuiserie-ébénisterie, pour la fabrication et la vente de meubles et literie. A partir du 1er avril 1949, il ouvre un magasin d’exposition et transfère ses ateliers au n°55, rue Nationale.

Au n°3, ancien n°2 :

  • à compter du 15 avril 1935, Albert Beckinger exploite une entreprise de bois et de camionnage.
  • à compter du 9 mars 1938, Adolphe Colombo exploite une entreprise de transport de matériaux de construction, bois de chauffage. Il cesse le 1er juin 1948.
  • à compter du 1er janvier 1946, Joseph Schwickerath exploite un atelier de cordonnerie. Il cesse son activité le 1er février 1951.
  • à compter du 1er mai 1958, Albert Huault exploite un commerce ambulant de chiffons, ferrailles, peaux, os, vieux papiers et vieux métaux. Il cesse à partir du 31 décembre 1960.
  • Maurice Tisserand, propriétaire-exploitant d’un commerce de brocanteur ambulant à compter du 1er mai 1964 et qu’il arrête le 20 janvier 1965 pour non-rentabilité.
  • à compter du 1er janvier 1972, Ahmed Benadouda est loueur de chambres.
  • à compter du 19 avril 1988, Kouider GHOUNIME effectue des transports routiers de marchandises. Il cesse ses activités à partir de 2004.

Au n°4, ancien n°3 :

  • à compter du 1er janvier 1926, Ambroise Roth et Madame, née Wendling, font commerce ambulant de chiffons, ferraille et peaux.
  • à compter du 1er février 1939, Joseph Sécula exerce le métier de marchand de chiffons. Il déménage à Koenigsmacker (57) à partir du 20 janvier 1947.
  • à compter du 1er novembre 1946, venant de l’atelier situé dans la même rue, sans numéro, située à l’extrémité de l’enceinte de cet ensemble où Hermann Wittig est installé depuis le 1er mars 1912, Madame Veuve Wittig, née Elisabeth Richard, dite Elise, exploite une menuiserie et fabrique de meubles en tous genres à l’enseigne « Menuiserie-Ebénisterie ». Elle se remarie et devient épouse Gustave Oswald le 12 juillet 1948. A partir du 22 juillet 1953, elle installe une entreprise, de fabrication et vente de jouets. Elle est radiée le 13 janvier 1954.
  • à compter du 1er août 1953, Alex Halter exploite un atelier de fabrication et pose de monuments funéraires et d’escaliers. Cette activité devait démarrer avec Adolphe Colombo à compter du 15 juin 1953. Il cesse le 30 septembre 1953.
  • à compter du 1er mai 1961, Joseph Windstein exploite un atelier de menuiserie loué à Adolphe Colombo, propriétaire. Son frère François reprend un emploi de salarié dans son entreprise à partir de la même date. Joseph cesse ses activités le 31 décembre 1968. Son frère François s’installe au n°18, rue des Métiers, à partir du 1er février 1969. Au cours du déménagement, l’atelier est la proie d’un incendie, seule une partie des machines à été sauvée.
  • Abdallah Bouraoui exploite un commerce d’épicerie-boucherie en ambulant qu’il cesse le 9 août 1973.
  • à compter du 1er septembre 1987, Abdelkader Bechikhi loue un immeuble aux consorts Benadouda (propriétaires), pour le louer en meublés. Radié d’office le 26 juin 1989 n’ayant pas déclaré de revenus et ayant quitté son domicile sans laisser d’adresse.

L’ensemble est transformé en appartements.

Au n°6 :

  • à compter du 1er décembre 1928, Antoine Delmonaed est entrepreneur en bâtiments.
  • à compter du 1er décembre 1930, Charles Muller (1) exploite une laiterie en location. Il déménage au n°3, rue Jean Jaurès, à partir du 1er janvier 1936 où il installe une épicerie exploitée par Madame. Il cesse ses activités à partir du 1er novembre 1937.

Au n°7 :

  • à compter du 1er avril 1977, Madame Donato Di Napoli née Liliane Del Cotto pratique la vente ambulante de glaces. Elle cesse à partir du 16 septembre 1977.
  • à compter du 1er mai 1978, Madame Donato Di Napoli née Liliane Del Cotto pratique la vente ambulante de glaces. Elle cesse à partir du 15 septembre 1978.
  • à compter du 1er mai 1979, Madame Donato Di Napoli née Liliane Del Cotto pratique la vente ambulante de glaces. Elle cesse à partir du 1er septembre 1979.

Au n°8 :

  • à compter du 1er février 1960, Eugène Steinmetz, menuisier-poseur, venant du n°8, rue du Stade à Haute-Yutz où il est installé depuis le 20 avril 1959, s’installe dans des locaux mis à sa disposition par Madame Veuve François Steinmetz, née Elisabeth Jung, sa mère. A partir du 1er novembre 1975, il ajoute la vente et la pose de survitrage bois et aluminium, fabrication de cadres. Devenu invalide, il cesse ses activités le 31 décembre 1987, déménage à Mandelieu-la-Napoule (06) et décède le 21 novembre 1988.
  • à compter du 9 juillet 2007, siège social de l’EURL « Erres Assistance ». Conseils en gestion. Gérant : François Spautz.

Au n°11 :

  • à compter du 1er janvier 2011, Ahmed BOUCHMAL effectue des travaux de mécanique générale.

Au n°12 :

  • de 1928 à 1940, François Pirche exploite un fonds de commerce ambulant d’épicerie, beurre, œufs, fromage.
  • à compter du 2 avril 1990, une autorisation provisoire de 2 mois est délivrée à Pascal Pickel pour effectuer de la vente de fers et métaux en ambulant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.