Grand Rue n°31 à 40

Itinéraires

 

Grand rue, coté droit, des n° 35 à 42

Aux nos 31&33, ancien n°13 :

Source : Paul Bastien

Source : Paul Bastien

  • Restaurant Ferdinand Mathieu dans les années 1910

Extrait du programme du 25ième anniversaire du « cercle catholique des jeunes gens », les 30 et 31 juillet 1927.

Extrait du fascicule du centenaire de la compagnie des sapeurs pompiers de Basse-Yutz en 1932.

 

  • à partir du 3 juillet 1927, Jean-Pierre Scheil exploite l’établissement à l’enseigne « Café du Chemin de Fer ». C’est le siège de l’équipe de football. Sa fille se marie avec Lucien Humbert qui exploite un débit de tabac au n°46, rue de la Moselle. Il cesse ses activités le 30 mars 1930.
  • à compter du 1er avril 1930, Jean-Pierre Laux exploite un café-restaurant, boucherie-charcuterie. Le café possède un local pour les réunions et rencontres des footballeurs et des cheminots. La bière de luxe « Astra » de la Brasserie de Basse-Yutz y est servie. Il existe une piste de quilles couverte. Il est rayé des registres le 13 avril 1946.

Nos 31/33, Grand’Rue en 2010.

  • à compter du 1er novembre 1945, Henri François Thil exploite le café restaurant à l’enseigne « Café du Chemin de Fer ». Il décède le 27 juillet 1960.
  • A compter du 16 septembre 1960, Madame Veuve Henri François Thil, née Léonie Immer, continue l’exploitation du fonds en indivision. Elle se remarie à Marcel Février et vend le 16 novembre 1964.
  • Le 20 août 1964, Madame Nicole Rouppert demande une autorisation d’ouverture qui lui est refusée par la sous-préfecture le 22 octobre.
  • à compter du 1er janvier 1965, Mademoiselle Célia, dite Claire, Parachini, venant de Terville (57) où elle est installée depuis le 8 juin 1959, devient propriétaire du fonds de commerce, qu’elle a acheté à Madame Marcel Février le 5 novembre 1964, et exploite le café du Chemin de Fer. Elle cesse ses activités le 25 février 1976 et décède le 2 mars de la même année.
  • à compter du 25 février 1977, Mohamed Chibani et Larbi Khalouche achètent en indivision le fonds de commerce aux héritiers de Claire Parachini. L’exploitant Mohamed Chibani, vend sa part aux époux Mouloud Bourouma et Madame née Malika Bouhadjar, le 21 juin 1978.
  • à compter du 30 juin 1978, le gérant est Larbi Khalouche, après que les co-propriétaires ont demandé le transfert de la licence à son nom, ce qui est accordé le 3 juillet 1978. La petite histoire raconte qu’une pancarte « Entrée interdite aux chiens et aux Français » est apposée en façade de l’établissement. A plusieurs reprises en 1979 et 1980, des différends l’opposent à l’administration entraînant des fermetures temporaires.
  • à partir du 13 janvier 1982, Larbi Khalouche ouvre un établissement secondaire au n°8, rue Drogon de vente de viande en ambulant. Des divergences entre les associés conduisent à la fin d’activité du café du Chemin de Fer le 27 septembre 1990. L’établissement est transformé en appartements à partir de février 2001 et loué à partir de 2002 par les nouveaux propriétaires.

A la même adresse :

  • à compter du 1er septembre 1913, Madame François Bodin, née Marie Sécula, exploite un commerce de chiffons, ferraille, métaux, peaux, vannerie en ambulant. Elle déménage à Thionville (57), à partir du 8 août 1946 et cesse ses activités le 12 décembre 1958.
  • à compter du 1er janvier 1920, François Bodin exploite un commerce de chiffons, ferraille, métaux, peaux, vannerie en ambulant. Il déménage à Thionville (57) à partir du 25 mars 1938 et cesse ses activités le 13 octobre 1956.
  • à compter du 1er janvier 1961, Robert Gross exploite une entreprise de camionnage et de correspondant de la S. N. C. F. qu’il reçoit en donation de son père Eugène, installé au n° 34, rue sainte Elisabeth depuis le 1er avril 1959. Il cesse le 31 octobre 1966.
  • à compter du 15 novembre 1974, installation de Paul Kennel, brocanteur ambulant, fer et métaux. Il cesse le 10 mars 1973 pour raison de santé.

Au n°32, ancien n°12 :

  •  à compter de novembre 1945, Henri Zimmerlé exploite un atelier de menuisierie et un commerce de fabrication et vente de meubles et literie. Le 1er avril 1946, transfère l’ensemble au n°3, rue Seigneurs.
  • à compter 1er août 1952, siège social de l’entreprise « Kichenbrand fils », entreprise de ferblanterie en bâtiments, couverture, zinguerie (Charles) et installations sanitaires (Eugène). venant du n°11, rue de Macquenom, (ancien n°28 rue des Jardins) où ils sont installés depuis le 1er avril 1946. A partir de décembre 1953, ils ouvrent un atelier au n°17 (ancien n°10a), rue des Jardins. A compter du 5 octobre 1959, ils étendent leurs activités à la plomberie, au chauffage et à la charpente.L’entreprise « Kichenbrand fils » est dissoute à partir du 11 octobre 1960. Charles cesse ses activités le 31 décembre 1979.

A compter du 28 février 1987, Madame Charles Kichenbrand, née Marguerite Blenner cesse de louer des chambres. Elle décède le 5 août 2016 à l’âge de 95 ans.

La Grand’Rue.

La Grand’Rue.


Au n°34, ancien n°14 :

  • M. Lompel, marchand d’étoffes.
  • à compter du 12 février 1929, Joseph Blankenberg exploite un commerce de confection, bonneterie. Il cesse ses activités à partir du 1er août 1929.

Au n°35, ancien n°15 :

Extrait du programme du 25ième anniversaire du « cercle catholique des jeunes gens », les 30 et 31 juillet 1927.

auguuste kolher

  • à compter du 1er octobre 1918, Madame Auguste Kohler exploite un commerce d’épicerie et de tabac et articles pour fumeurs à l’enseigne « Havana-Haus ». A partir du 6 février 1924, elle ajoute la vente d’articles de pêche, articles d’écoliers, confiserie. Elle cesse ses activités le 15 janvier 1930. Son fils Rudy est abattu le 28 juin 1958 à la suite d’une altercation au café des Pêcheurs situé au n°16, rue de la Moselle.
  • à compter du 6 juin 1930, Madame François Muller, née Lucie Bohm, exploite un débit de tabac, vente de papeterie. Elle cesse ses activités à partir du 8 août 1954 et loue le fonds :
    • à compter du 28 mars 1931, à Nicolas Lommel qui ouvre en établissement secondaire, un café- restaurant. L’établissement principal est au n°2, rue de la République où il est installé depuis le 1er novembre 1930. Il ferme l’établissement à partir du 27 septembre 1935 et installe un commerce d’épicerie au n°35, rue de la République ainsi qu’un débit de boisson au n°104 (ancien n°68) rue Nationale.
    • à compter du 23 septembre 1954, à Joseph Sinn, qui exploite le commerce à l’enseigne « Tabac- Papeterie ». Le 10 août 1958, il devient propriétaire du fonds qu’il a acheté à Madame Veuve François Muller. Il cesse son activité le 11 août 1958 et vend à Madame Alfred Hées, née Simone Hochard.
    • à compter du 11 août 1958, Madame Alfred Hées, née Simone Hochard, exploite le fonds sous l’enseigne « Tabac » : vente de tabac, journaux, bimbeloterie. Elle cesse le 13 octobre 1975 et vend son fonds de commerce. Elle décède le 18 janvier 2014 dans sa 90ème année.
    • achat du fonds le 13 octobre 1975 par Roland Greff et Madame, née Eliane Gérardy. Roland Greff ouvre à compter de la même date sous l’enseigne « Papeterie-bimbeloterie, articles pour fumeurs ». Ils vendent leur fonds le 13 août 1994 à Mademoiselle Paola Geraci.

 

Extrait du programme du concert de l’harmonie municipale du 9 décembre 1979.

Extrait de la revue culturelle du pays Francique Hemechtland a Spooch n°13 de 1986.

  • Mademoiselle Paola Geraci exploite le débit de tabac, vente de journaux, loto à compter du 16 août 1994. Mariée et devenue Madame Romain Fouche, elle vend le fonds à Madame Gabriel Grandjean le 31 mars 1998.
  • à compter du 1er mai 1998, Madame Gabriel Grandjean, née Nicole Steiner, exploite le débit de tabac, vente de journaux, loto. A partir du 16 septembre, change d’enseigne qui devient « Le Nikita » et ajoute le débit de boissons. Cesse ses activités à partir de septembre 2010.
  • Le n°35, Grand’Rue en 2010.

    à compter du 15 novembre 2010, Philippe Surmonne exploite le débit de tabac, vente de journaux, loto, débit de boissons, à la même enseigne. Il cesse ses activités à partir du 27 novembre 2014.

 

 

 

 

Au n°36, ancien n°20 :

La Grand rue en 1921.

La Grand rue en 1921.

La porte d’accès au magasin est murée dans l’angle formé avec la rue de la Moselle.

  • Le n°36, Grand’Rue en 2010.

    à compter du 1er avril 1922, débit de tabac, librairie papeterie exploité par Madame Veuve Louis Becker.

  • à compter du 4 octobre 1932, Madame Ernest Wentzlow, née Elise Rinckel, exploite un commerce de vente de produits laitiers en location-gérance de François Caudy. A partir du 28 septembre 1950, elle cède une partie de sa tournée de ramassage et portage lait, à Michel Scheck installé au n°4, rue de la République. Elle transmet l’exploitation à son époux Ernest le 1er janvier 1959 et cesse toute activité.
  • à compter du 1er janvier 1959, Ernest Wentzlow exerce le commerce d’achat et de vente de lait, œufs, produits laitiers, épicerie, conserves alimentaires, charcuterie, salaison, vins bière, limonades et boissons hygiéniques à emporter, ramassage laitier. Il achète le fonds à François Caudy le 18 mars 1959. A partir du 31 mars 1959, il supprime tout ce qui est épicerie et transfère son exploitation au n°12a, rue Nationale, pour ne plus faire que ramassage, achat, vente de lait, œufs et produits laitiers.
  • à compter du 1er avril 1960, Madame Monette Wurm, divorcée de Jean Zimmer, devient propriétaire sous l’enseigne « Laiterie-crémerie ». Elle vend des produits laitiers et de l’alimentation générale jusqu’au 1er mars 1965 où elle cède son fonds aux époux Finck.
  • les époux Finck achètent le fonds le 1er mars 1965 à Madame Monette Wurm. A compter de cette date, Madame Georges Finck, née Marie-Thérèse Schalbart, exploite une épicerie, laiterie, crémerie. Fin de l’exploitation à partir du 12 novembre 1965 et vente du fonds.

Au n°38, ancien n°22 :

  • Extrait du journal « Le Basse-Yutzois » du 26 février 1926.

    à compter du 7 septembre 1925, Etienne Loechleiter exploite un atelier de réparations de bicyclettes à temps partiel.

  • à partir de 1925, Madame Veuve Dominique Hoffmann exploite une épicerie, bonneterie. Elle cesse ses activités le 30 mars 1939.
  • à compter du 1er avril 1939, Madame Charles Lehair, née Elise Hoffmann, exploite une épicerie, bonneterie, vins, liqueurs. Elle cesse le 20 octobre 1942. Elle est évacuée avec sa famille pendant la guerre et revient vers 1946. Elle ne reprend pas son commerce et mais habite dans les lieux.

Au n°39, ancien n°17 :

  • en 1912, Mathias Wagner est cafetier aubergiste.
  • puis M.Kohler.
  • à compter du 1er mars 1923, Pierre Focks exploite un commerce d’épicerie, vin. Il décède le 31 mars 1945 et est radié le 12 septembre 1946.
  • à partir de 1932, venant du n°31, (ancien n°12), rue Nationale où il est installé depuis le 1er décembre 1918, Augustin Ackermann exploite une épicerie à l’enseigne « Epicerie Parisienne ». Il est radié le 1er juin 1938. Il possède également une épicerie à Thionville (57). On ignore le sort de la croix se trouvant devant le magasin de l’époque.

  • à compter du 1er avril 1945, Madame Veuve Pierre Focks, née Caroline Hollinger, exploite un commerce d’épicerie, fruits et légumes. Elle cesse son activité le 15 février 1950.
  • à compter du 18 février 1950, Pierre Focks (fils), exploite un commerce d’épicerie, fruits et légumes. Il cesse le 1er janvier 1953.
  • à compter du 2 janvier 1953, Madame Veuve Pierre Focks, née Caroline Hollinger, reprend l’exploitation du commerce d’épicerie, fruits et légumes. Elle cesse le 30 septembre 1959.
  • La « Coopérative de Basse-Yutz et environs » achète le fonds le 1er octobre 1959 pour le commerce d’épicerie, alimentation générale, vins et spiritueux qu’elle exploite à partir du 20 du mois. Gérants :
    • Madame Albert Klein
    • Madame Diviné
    • Madame Jean Matyja, née – Odette Perlatti 1970 à 1985.

Le commerce est ensuite tenu par des vendeuses, il n’y a plus de gérant.
Le 17 février 1982, la société change d’enseigne qui devient « Coopérative de Yutz et environs ». Elle revend le fonds le 27 novembre 1987 à la société Fath SA. Gérant : Larbi Klahouche.

En 1996, Maurice Di Napoli rachète le bâtiment et transforme les locaux en appartement.

Les nos 37 et 39 Grand’Rue en 2010.

Le n°39, Grand’Rue en 2010.

Au n°40, ancien n°24 :

  • à compter du 20 août 1954, « Studio Erca », exploité par Raoul Kruse, enregistrement et vente de bandes sonores et de disques, dépannage et vente de postes de radio. Il cesse ses activités à partir du 1er septembre 1955.

Retour Grand’Rue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.