Rue saint Vitus

Itinéraires

 

Le conseil municipal du 21 décembre 1928, décide de reporter la prise en charge de la rue, tant que la cave située sous le proche d’accès n’aura pas été comblée.
Elle est tracée en 1929.

Vitus Strasse pendant l’occupation allemande inaugurée entre 1902 et 1910 jusqu’au 13 décembre 1918 avec le retour de l’Alsace Lorraine à la France.
Reprend cette dénomination pendant la dernière guerre.

Au n°2 :

  • à compter du 1er mai 1973, Gilbert Heyd exploite un atelier de tapissier-décorateur sans fourniture. Réouverture à partir du 1er mai 1975. Il cesse ses activités à partir du 31 août 1979.

Au n°2a :

  • à compter d’août 1986, venant du n° 74, rue Nationale où il est installé depuis le 15 février 1968, Photo-ciné Henri Hein. Travaux photographiques sous toutes ses applications, vente de matériel photographique et cinématographique, optique, cadres, photos, encadrements. Il cesse ses activités à partir du 31 mars 1995.
  • à compter du 1er avril 1995, Frédéric Watrin exploite un studio de photographe à l’enseigne « Objectif photo ». Il cesse ses activités à partir du 30 septembre 2003.
  • à compter du 30 septembre 2003, établissement secondaire de la SARl « LGL Photo Plus » dont le siège social est à Manom (57) à l’enseigne Studio Jeanne d’Arc. Travaux de photographie, appareils et matériels s’y rapportant. Co-gérants : Didier Grethen et Jenifer Farruggia. Cessent leurs activités à partir du 30 septembre 2006.
  • à compter du 14 novembre 2006, EURL « Festiv’Stars », Décorations festives, événementielles, publicitaires, ballons, location de costumes, articles de spectacles de pyrotechnies, son et lumière, articles carnavalesques, farces et attrapes. Gérant : Richard Vonit.

Au n°4 :

  • à partir de 1938, Charles Schmalt exerce la profession d’architecte.

Au n°5 :

  • à compter du 1er juillet 1928, Henri Thul est entrepreneur de crépissage. Il cesse ses activités en 1929.
  • à compter du 1er octobre 1967, venant du n°13, rue de la Marne où il est installé depuis le 1er novembre 1964, siège social de l’entreprise de carreleur et carreleur-fumiste, fabrication de cheminées qu’exploite Francis Lalanne. Ses ateliers sont situés au n°61, rue Nationale. Il déménage au n°19, rue du Canal à partir du 1er septembre 1972.

Au n°6 :

  • De 1925 à 1927, Etienne Foschia est entrepreneur.

Au n°8 :

  • à compter du, Léon Prévot exploite un commerce de marchand forain qu’il cesse à partir du 1er février 1955.
  • Roland Blanchet est poseur d’antennes jusqu’au 2 février 1979.

Au n°10 :

  • à compter du 1er décembre 1965, La SA « Docks Vinicoles Lorrains » dont le siège social est à Nancy (54), louent 2 garages à Léon Breisch pour entreposer de la marchandise. Les entrées de garage donnent sur la rue Marie Curie.

Au n°11 :

  • à compter du 1er novembre 2014, Laurence Mayer effectue des travaux de coiffure à domicile. 

Au n°12 :

  • à compter du 15 novembre 1939, Edouard Linkemper exploite une entreprise de transport. Il cesse ses activités à partir du 7 avril 1948.

Au n°17a :

  • à compter du 1er juillet 1966, atelier de menuiserie-ébénisterie exploité par Nicolas MARX, en établissement secondaire, le principal (magasin) est à Thionville (57) depuis le 1er août 1954. Il exploite également un magasin en établissement secondaire pour la vente de meubles en tous genres au n°66 rue Nationale (ancien n°41).
  • à compter du 1er janvier 1967, Marcel MARX,  travaille en société de fait avec son père. Nicolas qui cesse ses activités le 1er janvier 1978. C’est Marcel qui reprend l’entreprise. Nicolas décède le 13 janvier 2014 âgé de 102 ans.
  • à compter du 1er janvier 1978, Madame Nicolas MARX, née Catherine Thinus, est en association de fait avec son fils Marcel. Elle cesse ses activités à partir du 31 décembre 1987.

Au n°19 :

  • à compter du 1er décembre 2005, Christophe Colantoni exploite une entreprise de plâtrerie et plaquiste à l’enseigne « C.I. Plaquiste ».
  • à compter du 30 décembre 2014, Madame Melissa Galvez effectue dela vente à domicile.

Aux nos 19/21 :

Extrait du fascicule du centenaire de la compagnie sapeurs pompiers de Basse-Yutz en 1932.

  • à compter du 1er mars 1909, Mathias MARX exploite un atelier dans le sous sol de sa maison pour la fabrication de meubles en tous genres, chambres à coucher, salle à manger, cuisines, meubles de bureau, capitonnés. Livraison à la demande. (Publicité). Le 30 novembre 1922, la mairie l’autorise à installer des machines dans un atelier à l’arrière de sa maison. Le 17 juin 1925, il obtient l’autorisation de construire un hangar à l’arrière de la maison. A partir du 30 octobre 1928, il installe un magasin en établissement secondaire au n°66, (ancien n°41), rue Nationale. En 1934, il ouvre un magasin en établissement secondaire à Thionville (57), dans un immeuble acheté le 8 septembre 1933 et qu’il ferme en 1939. Il est rouvert par Nicolas MARX son fils, à compter du 1er août 1954. Mathias décède le 5 février 1957. L’atelier est transféré au n°17a. Madame Veuve Mathias MARX, née Anne Ginsbach, participe aux activités de son fils Nicolas à partir du 6  février 1957 et cesse à partir du 31 mars 1957.

A la même adresse dans les appartements :

  • à compter du 1er mars 1934, Corinto Giorio (frère de Eugène) est entrepreneur de construction de bâtiments. Il décède le 27 juin 1936.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.