Rue du Warth

Itinéraires

 

Depuis le 6 octobre 1960, ancien chemin du Warth.
En 1854, c’est un terrain de manœuvre militaire.
Le conseil municipal du 24 avril 1969 vote des crédits pour l’aménagement de la rue des Prés et de la rue du Warth.

Au n°1 :

  • à compter du 1er février 1972, Nicolas MAX effectue des travaux de serrurerie à temps partiel. Il cesse ses activités à partir du 19 décembre 1974.

Au n°3 :

  • à compter du 1er avril 1965, Luigi (Louis) Fratta est tailleur de pierres. Il cesse ses activités à partir du 30 juin 1980.
  • à compter du 1er janvier 1980, Guy Fratta crée un atelier de fumisterie, tailleur de pierres et cheminées. Il cesse son activité à compter du 31 mars 1981.
  • à compter du 1er février 2010, François Massing effectue de la vente à domicile de produits de cosmétique, beauté, soins du corps, nutritionnel.

Au n°5 :

  • à compter du 16 septembre 1973, venant du n°7, rue Marie Curie où elle est installée depuis le 1er mars 1968, Madame Michel Magard, née Georgette Kleutsch, transfère les ateliers de peinture, décors et vitrerie. Michel Magard décède le 19 septembre 1973. Elle cesse toute activité le 30 septembre 1974.
  • à partir du 10 mai 1984, Daniel Schneider s’installe comme négociant en huiles et produits d’entretien. Successeur de Jean Roser installé au n°12a, rue Nationale depuis août 1960.

Aux nos 15-17 :

avispétrole1

Source : archives départementales de la Moselle.

Source : archives départementales de la Moselle.

Le 8 novembre 1938, le conseil municipal accorde l’autorisation d’installer un dépôt de 69 000 litres de carburant en 3 cuves :

– 40 000 litres d’essence ;
– 24 000 litres de gas oil et ;
– 5 000 litres d’huile,

à Monsieur Adolphe Kuntzinger, sur l’ancien terrain de sports de la société de gymnastique « La Prolétarienne », alors qu’après enquête de commodo et incommodo, 23 riverains sur les 58 concernés, font part de leurs inquiétudes à cette installation.
L’accord est tributaire d’un contrôle des installations par une commission préfectorale qui statue et qui annonce en réponse à l’enquête, rien ne peut ne peut empêcher l’installation si la loi est respectée. Les conditions sont très astreignantes.
Le siège de l’entreprise est au n°17, (ancien n°9), rue Nationale.
L’autorisation est accordée le 1er avril 1939.

  • à compter du 1er mars 1972, les anciens Etablissements Victor Scheil, vente de combustibles pétroliers, sont donnés en location-gérance à la « société d’exploitation des anciens établissements Victor Scheil », constituée en SA le 21 février 1972 et dont le siège social est au n°111, Grand’Rue.

Elle est transformée en SARL à partir du 6 août 1980. Enseigne « commerce de tous combustibles, appareils ménagers, entreprise de transport, dépôt de gaz ».

Par donation-partage du 1er janvier 1980, François Scheil devient propriétaire des 15/17, rue du Warth.
A partir du 17 février 1985, la SARL achète à Victor Scheil le fonds comprenant :

    • les immeubles, chantier, mobilier et matériel, les véhicules ;
    • le magasin du n°111, Grand’Rue ;
    • le bâtiment du n°12, rue de la Fontaine ;
    • les garages situés au n°15, rue du Warth.

Le siège social est transféré au n°15, rue du Warth.
Changement d’enseigne à partir du 17 décembre 1985, devient « Victor Scheil S ». Pdg : François Scheil.

A partir du 2 juillet 1992, ajoute l’entretien, le ramonage, le débistrage et nettoyage d’installations de chauffage, conduits de fumée et de ventilation.
A compter du 17 septembre 1999, nouveau directeur général : Regis Scheil, fils de François.

Le 11 juin 2002, nouveau PDG : Madame François Scheil, née Annie Lenart.
Le 9 février 2012, nouveau PdG : Regis Scheil. L’entreprise déménage son siège social et ses bureaux au n°2, rue Bessemer.

Les anciens ateliers communaux étaient situés rue du Warth.

En juin 1980, une parcelle attenante aux ateliers et appartenant à Victor Scheil, est échangée avec un terrain situé en face et sur lequel sont construits des garages.
Des améliorations seront apportées aux ateliers dans les années 1975 pour un montant de 500 000 F : vestiaires, sanitaires, réfectoires, locaux techniques seront reconstruits. Mais à l’occasion de ces travaux, une zone marécageuse est découverte et nécessite des travaux supplémentaires après le curage de la cave.

 

Retour à Rue par rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.