Rue Pasteur

Itinéraires

 

Elle est créée et les habitations re-numérotées par décision du conseil municipal du 21 février 1930. Elle se situe dans le prolongement du chemin des Romains et remplace la route d’Illange.
Dénommée Hermann Göring Strasse de 1940 à 1944.

Au n°3, ancien n°1 :

  • A compter du 28 octobre 1836, Charles Mosquinot, chandelier résidant à Thionville (57), est autorisé à installer et exploiter une fonderie de suif en branche et une fabrique de suif d’os, pour la fabrication de chandelles. Suite au décès de Charles Mosquinot, Jean HENRY achète les lieux le 4 novembre 1846 et exploite la fabrique de chandelles.

cadastre j henry

Parallèlement, le 5 mai 1851, Jean HENRY demande l’autorisation d’exploiter un équarrissage au lieu-dit « Le Kem ».

Source : archives départementales de la Moselle. 305M16.

Source : archives départementales de la Moselle. 305M16.

Le 20 mai 1851, une enquête commodo et in commodo est diligentée par les maires des communes de Yutz, Illange, Thionville, Distroff, Ham (Haute et Basse), Manom.
Aucune remarque n’est formulée, sauf à Yutz.

Source : archives départementales de la Moselle. 305M16

Le 11 juin 1851, Pierre Hoffman et Jean-Marchal, déclarent que les odeurs dégagées par l’exploitation interdisent toute culture autour de l’atelier atteignant mêmes les maisons avoisinantes, et que les chevaux s’emportent dès qu’ils sont à proximité de l’atelier. Le sieur HENRY laissant paître les chevaux atteints de la morve avant de les abattre.
Le 13 juin 1851, Nicolas Baué et Catherine THOMAS font les mêmes déclarations.

En 1853, suite à une visite d’un inspecteur, quelques recommandations sont transmises à Jean HENRY :

    • l’atelier sera clos et entouré d’arbres limitant les odeurs malgré la distance séparant des premières habitations (447m) ;
    • les sols seront pavés et lavés souvent ;
    • les murs seront couverts de dalles cimentées dans l’atelier d’abattage ;
    • la viande doit être cuite au maximum 24 heures après l’abattage ;
    • les liquides doivent être recueillis dans des citernes closes ;
    • les animaux morts doivent être transportés dans des véhicules fermés ;
    • le local de séchage des peaux doit être suffisamment aéré. L’autorisation préfectorale est accordée le 28 février 1853.

L’autorisation d’exploitation est transmise par le maire de Yutz le 24 avril 1854.
Cette autorisation est renouvelée le 11 février 1878.

Le 7 février 1880, Jean HENRY fait une demande d’installation d’une société d’équarrissage, au lieu dit « La Baraque », route d’Illange, dans le cadre des établissements classés dangereux et insalubres. Aucune contestation n’ayant été enregistrée, l’autorisation lui est accordée le 25 avril 1880.

Plan d’implantation de l’atelier d’équarrissage de Jean HENRY.

   Le 1er juillet 1916, le conseil municipal demande le déménagement des locaux sur un terrain qu’elle cède avec une offre de dédommagement de 8 000 Marks. C’est sans suite.

Suite à des réclamations formulées par des voisins, dès juillet 1922, M. Mangin, locataire du clos d’équarrissage qui est exploité par Jean Ury et son épouse, née Marguerite Surgers, avec Michel Surgers et son épouse, née Marguerite Hary, demande au sous-préfet, le 28 février 1923, l’autorisation de cesser l’exploitation de l’équarrissage et de transférer l’autorisation à Hettange-Grande (57).

Le 13 mars, il propose d’effectuer au même endroit, de l’élevage de porcs issus de truies sélectionnées pour augmenter la qualité de cet élevage en Lorraine.

Le 16 mars le sous préfet refuse, car il faudrait s’installer sur le terrain cédé par la commune et sur lequel il faudrait construire une baraque en bois aux normes en vigueur.

Différents courriers sont échangés entre les services de l’administration, et le 28 novembre 1923, le ministère de tutelle autorise la continuation de l’exploitation de l’équarrissage sous réserve de remettre les locaux aux normes en vigueur. Il attire l’attention sur les risques de pénalités encourus par l’exploitant et propose une fermeture provisoire de 6 mois reconductibles.

Le 15 juillet 1924, le conseil départemental d’hygiène demande la fermeture de l’établissement suite à une visite du effectuée le 14 février 1924.

La disparition des régiments de cavalerie ne justifiant plus l’existence d’un équarrissage, et les différents rapports négatifs des commissions adéquates, font que le préfet décrète la fermeture de l’établissement le 13 juin 1924 aux motifs :

    • de l’état de vétusté et du manque d’entretien des locaux ;
    • de la proximité des maisons d’habitations ;
    • du refus des propositions de pourvoir l’atelier en outillage adapté moderne.

L’ensemble des bâtiments est rasé.

Au n°2, ancien n°1 :

  • à compter du 1er août 1957, entreprise d’installations électriques du bâtiment, à l’enseigne « Etablissement Schaff Germain ». Gérant : Germain Schaff. Il déménage au n°2, rue des Bois à partir du 2 mai 1958.

Au n°6 :

  • à compter du 1er novembre 1930, Pierre Wenner exploite une menuiserie mécanique pour bâtiments et meubles. Il cesse ses activités à partir du 10 décembre 1934.
  • à compter de 1931, atelier de mécanique et menuiserie exploité par Adolphe Wenner.
  • à compter de 1932, Othon Piehler, en location, exploite une menuiserie ébénisterie, achat et vente de meubles, exploitation forestière, transport et sciage de grumes. Il déménage au n°48 (ancien n°5), rue Nationale (Haute-Yutz) à partir du 20 juin 1933.
  •  à compter du 1er mars 1945, Joseph Kieffer exploite une entreprise de menuiserie, modelage. Il cesse ses activités à partir du 18 novembre 1946. La menuiserie est détruite par un incendie la même année, les pompiers ayant asséchés très rapidement les deux puits de la rue.

Au n°11 :

  • à compter du 1er mai 2013, Isabelle Destombes est esthéticienne et spécialiste des ongles des mains ou des pieds.

Au n°12a :

  • à compter du 1er juillet 2003, entreprise multi-travaux de dépannage et petits travaux gérée par Daniel Coussot, à l’enseigne « Coup d’Pouce ».

Au n° 15 : 

  • à compter du 1er septembre 1974, venant de Thionville (57), Raymond Wilsius, installateur de sanitaire et de chauffage central. Il cesse ses activités à partir du 31 décembre 1991. Il décède le 16 juillet 2011.

Au n°16 :

  • Philippe Marchal et Michel Zimmermann, en société de fait, exploitent une entreprise de chauffage central et installations sanitaires. Ils cessent leur collaboration en 2 février 1980.
  • Patrice Marchal reprend l’exploitation de l’entreprise de chauffage central et installations sanitaires. Il cesse ses activités à partir du 31 mai 1980.

Au n°17 :

  • à compter du 3 janvier 1992, siège social de la SARL « Wilsius Frères », carrelage, plomberie, chauffage et sanitaire. Associés : Claude et Gérard Wilsius. Gérant : Claude Wilsius. A partir du 1er juillet 1999, nouveau gérant : Gérard Wilsius.

Au n°19 :

  • à compter du 15 avril 1963, Lucien Sorne exploite un atelier de serrurerie ferronnerie avec fourniture. Il déménage à Reinange (57) à partir du 1er juin 1966.
  • à compter du 7 mai 2001, Xavier Dezavelle exploite un atelier de serrurerie à l’enseigne « société d’études et réalisations de serrurerie et ferronnerie ». Il déménage à Hettange-Grande (57) à partir du 26 juin 2001.
  • à compter 6 mai 2014, siège social de la SAS « JSMB Associés ». Agent immobilier. Gérant : Julien Baronci.

Au n°21 :

  • à compter du 13 avril 1956, venant de Thionville (57), où il est installé depuis le 13 avril 1954, Antoine Rocca exploite une entreprise de travaux en bâtiments, façades, béton armé à l’enseigne « Entreprise de constructions A. Rocca ». Il retourne à Thionville (57) à partir du 1er mai 1956. Il revient à Yutz à la même adresse à partir du 1er juin 1958, pour repartir à Thionville (57) le 25 janvier 1961.
  • à compter du 15 septembre 2009, Nicolas Seger exploite une société de création artistique.
  • à compter du 1er juillet 2007, Michael Houard est représentant de commerce. Cesse ses activités en mars 2011.

Au n°29 :

  • à compter du 1er janvier 2010, Madame Marie Poschmann, effectue des travaux de création relevant des arts plastiques. Cesse ses activités en mars 2011.

Au n°39b :
– à compter de janvier 2014, Laura Vilain fait commerce d’articles d’horlogerie et de bijouterie. Elle cesse ses activités en mars 2014.


Au n°43 :

  • A Muraiolià compter du 1er juillet 1956, Madame Argilio Muraioli, née Hélène Stachwoska, Veuve Rabier, exploite une entreprise de travaux en bâtiments, façades, béton armé. A partir du 21 juillet 1958, elle transmet l’entreprise à son mari Argilio.
  • à compter du 23 juin 1958, entreprise de travaux publics, façades et béton armé exploitée par Argilio Muraioli. A partir du 16 décembre 1977, il transfère son entreprise au n°101, route de Kuntzig.

Au n°45 :

  • à compter du 15 octobre 1961, René Muller exécute des travaux de serrurerie soudure à temps partiel. Il cesse à partir du 31 juillet 1966 pour raison de santé.

Gar HIRN

  • à compter du 1er septembre 1962, venant du n°51, rue de la Pépinière, où il est installé depuis le 1er octobre 1961, André Hirn exploite un atelier de réparations automobiles. Le 1er janvier 1987, il crée la SARL « Etablissements Hirn » et transfère son siège social et atelier au n° 16, rue des Métiers, dont il confie la gérance à son fils Pierre.

Groupe scolaire Louis Pasteur :

Le 28 juin 1963, accord du préfet pour la construction d’un groupe scolaire avec 12 classes élémentaires, 2 de travaux pratiques, 4 de maternelles, 6 logements d’enseignants (impasse Joseph Meister), 1 plateau d’EPS, 1 salle d’éducation physique, 1 cabinet médical.
Nom de baptême du groupe Pasteur décidée le 19 septembre 1963.
Inauguration du groupe Pasteur le 8 octobre 1967.

Retour à Rue par rue.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.